Archives

Tagged ‘Canadian International Development Agency (CIDA)‘

Who Shapes the United Nations Agenda?

“The global institutional machinery of the so-called United Nations is designed to destroy the sovereign will of the peoples. That is where a bureaucracy works in the service of capital and imperialism. We, the peoples of the world, do not accept that international organizations should appropriate to themselves the right of invasion and intervention. The UN has no morality to impose. We, the peoples of the world, do not accept this elitist institutionality of the bureaucrats of the empire.

 

It was in the bowels of the UN that the privatizing green economy originated, which we understand as the black economy of death; from those entrails originate the recipes for privatization and interventionism. The UN seems to be the Organization for the Rich and Powerful Countries; perhaps it should be named the INO, Imperialist Nations Organization. That UN we do not want, we disown it.

 

That neoliberal bureaucracy, the bureaucracy of the green economy and privatization, the bureaucracy that promotes structural adjustments, those functionaries of capital and ideologists of domination and poverty, act with the patriarchal and colonial conviction that the peoples and developing countries are incapable and stupid and that to emerge from poverty we must faithfully follow their development recipes.” — Evo Morales’ historic speech at the Isla del Sol

***

First Phase Digital

“Premier of the Republic of the Congo at Press Conference Premier Patrice Lumumba, of the Republic of the Congo, photographed at a press conference he held at U.N. Headquarters earlier today. Conferring briefly with the Premier is Ambassador Mongi Slim, of Tunisia.” 25 July 1960, United Nations, New York (UN Archives)

Aachen/Berlin/Bonn/New York, November 2015

Excerpts from the paper Philanthropic Power and Development – Who shapes the agenda? by authors Jens Martens and Karolin Seitz

Final Phase Digital

Photo:”President Salvador Allende of Chile paid an official visit to United Nations Headquarters and addressed the General Assembly. He conferred with the Assembly President and the Secretary-General, and also held a press conference. Here, President Allende is seen at his press conference. Seated next to him are Colodomiro Almeyda (left), Minister for Foreign Affairs of Chile, and Genichi Akatani (right), Assistant Secretary-General, UN Office of Public Information. 04 December 1972, United Nations, New York (UN Archives)

“On 5 June 2013 a remarkable event took place in the Trusteeship Council of the United Nations (UN) in New York City. Over 150 invited guests met for the second annual Forbes 400 Philanthropy Summit. The event was opened by UN Secretary-General Ban Ki-Moon, attended by celebrated philanthropists, such as Bill Gates, Bono and Warren Buffett, and sponsored by Credit Suisse. According to Forbes magazine the attendees, who represented “close to half a trillion of the world’s wealth, discussed how they can use their wealth, fame and entrepreneurial talent to eradicate poverty.” As follow up to this summit Forbes released a Special Philanthropy Issue under the headline “Entrepreneurs can save the world.” The event at UN Headquarters was a symbol for the rapidly growing role of philanthropists and their foundations in global development policy and practice.”

UNITED NATIONS PAPER 1
“A large share of the UN Foundation’s revenues from other donors came from the Bill & Melinda Gates Foundation. Between 1999 and 2014 Gates gave US$231 million in grants to the UN Foundation, mainly for projects in the areas of health and agriculture.”

UNITED NATIONS GATES

In order to broaden its funding base, the UN Foundation has actively explored ways to raise funds directly from governments.In the last decade the UN Foundation received direct funding from a number of governments or governmental agencies, inter alia the Canadian International Development Agency (CIDA), the Department for International Development of the Government of the UK (DFID), the European Commission, and the United States Agency for International Development (USAID).

UNITED NATIONS 5

In addition to individual governments, the UN Foundation is now actively exploring opportunities for building so-called “anchor partnerships” with multinational corporations and corporate philanthropic foundations as an important element of its longterm sustainability strategy. This intention caused concerns in some parts of the UN because of the potential reputation risk involved. The UN Foundation lists currently (July 2015) 23 corporate partners, such as Exxon Mobile, Shell, Goldman Sachs, and the Bank of America.

UNITED NATIONS 4
According to the UN Secretary-General the relationship agreement between the UN and the UN Foundation has been reviewed and amended to ensure that it reflects this evolution of the Foundation’s mission and approach. The new agreement was signed in October 2014. But instead of providing a solid basis for effective and transparent governance, the new agreement seems to reinforce the exclusivity of this relationship and the preferential treatment of the UN Foundation by the UN Secretariat. The drafting of the most recent agreement took place behind closed doors without any intergovernmental oversight or transparency, and in contrast to the two earlier agreements, has not been made public.

United Nations 3

 

 

 

Same Old Road to Hell

Get Moving Before It’s Too Late

Counterpunch

January 20, 2014

by Joan Roelofs

stop-ngo-pillage-of-haiti-protest--london_1189862

The genesis for Nikolas Barry-Shaw and Dru Oja Jay’s book, Paved with Good Intentions: Canada’s Development NGOs from Idealism to Imperialism (Fernwood Publishing, 2012), was the discovery that Canadian development non-governmental organizations (NGOs), even those considered progressive, aided in the 2004 coup to overthrow Aristide in Haiti. They gave resources to his opponents, and continued to demonize Aristide and his grassroots movement, Lavalas. The authors, members of Haiti Action Montreal (linked with Canada Haiti action network), were especially shocked at the stance of Alternatives, a Montreal based group, and began to question the role of NGOs in general.

Haïti: Les ONG sont-elles un outil de domination néocoloniale? | Un État faible face à une invasion d’ONG

Colloque international sur le rôle des ONG en Haïti

par Julie Lévesque

Mondialisation.ca, Le 17 juin 2012

Ceci est la première partie d’une série sur le colloque du 15 juin qui s’est tenu à Montréal, Les ONG en Haïti: entre le bien et le mal.

Paternalisme, néocolonialisme, outil de domination de l’ordre mondial, voilà seulement quelques-uns des attributs et concepts accolés aux organisations non gouvernementales (ONG) lors du colloque sur le rôle controversé des ONG en Haïti, lequel a soulevé des passions le 15 juin à Montréal. L’organisatrice Nancy Roc d’Incas Productions, a admis que ce colloque intitulé « Les ONG en Haïti : entre le bien et le mal », est « un colloque qui dérange ». Elle a salué la présence de plusieurs ministres haïtiens : « Ce sont eux qu’on accuse mais ils sont là aujourd’hui, ils nous prennent au sérieux », dit-elle avant de déplorer l’absence d’un grand nombre d’ONG québécoises.


Nancy Roc au colloque « Les ONG en Haïti : entre le bien et le mal » 15 juin 2012.

« Les Québécois ont été les plus généreux donateurs et ils sont en droit de se demander où sont les fonds. J’ai contacté toutes les ONG, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), et la plupart n’ont même pas pris la peine de me répondre. J’ai appris la semaine dernière que l’AQOCI tenait son assemblée générale aujourd’hui même. J’étais prête à payer pour que le programme du colloque soit affiché sur le site de l’AQOCI. On m’a répondu que ce n’était pas possible pour le technicien web…

 « Lorsqu’une étude a été menée auprès des ONG par le Disaster Accountability Project (États-Unis), 80% des ONG ont refusé de rendre des comptes. On accuse souvent le gouvernement haïtien mais seulement 1% de l’aide s’est rendue au gouvernement. Pour chaque dollar canadien donné à Haïti, 6 sous seulement sont allés aux Haïtiens. Voici la vérité qu’on ne vous dit pas.

 « La plupart des rôles de l’État ont été refilés aux ONG, les fonds sont dirigés vers d’autres gouvernements, vers des compagnies privées étrangères. Comment s’étonner que l’on qualifie Haïti de Far West des ONG! Il s’est développé en Haïti une forme de colonialisme humanitaire. Depuis 1986, Haïti est le pays qui a reçu le plus d’aide mais s’est appauvri. Et on accuse les victimes! Par ailleurs, les ONG haïtiennes ne reçoivent pas d’aide et pourtant ce sont elles qui connaissent le pays et les besoins de la situation. »

Mme Roc se défend de vouloir faire le procès des ONG. Le but de ce colloque est de « chercher des solutions et mettre en œuvre une coordination entre les acteurs, d’amorcer un dialogue, un nouveau virage ».

La faiblesse de l’État haïtien et la propagande voulant qu’il soit trop corrompu pour se voir allouer des fonds profite grandement aux ONG étrangères qui récoltent l’aide financière qui autrement irait à l’État. Ce dernier est davantage affaibli par cette pratique et les intervenants ont dans une grande majorité mis l’accent sur la nécessité du renforcement de l’État. S’il faut avoir les moyens de ses ambitions, le renforcement de l’État haïtien passe d’abord et avant tout par les moyens financiers.

« Est-ce la faiblesse de l’État qui a causé cette invasion d’ONG dans les compétences gouvernementales ou l’invasion d’ONG qui a contribué à affaiblir l’État? » Sans amener de réponse à la question que plusieurs se posent, le directeur exécutif de l’Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire, François Audet, conclut qu’il « faut revoir les paradigmes de l’intervention en Haïti ».

Daniel Supplice, ministre des Haïtiens vivant à l’étranger accuse plutôt l’instabilité politique d’être responsable de la faiblesse de l’État. Il n’a toutefois pas mentionné le rôle prépondérant des pays donateurs dans l’instabilité politique haïtienne.

Ce rôle antidémocratique des grandes puissances est également passé sous silence dans les grands médias qui n’osent même pas parler du coup d’État concocté par le Canada, les États-Unis et la France contre Jean-Bertrand Aristide en 2004 et préfèrent le qualifier de « départ » du président. Ce dernier, élu démocratiquement avec un pourcentage des suffrages à faire rougir n’importe quel dirigeant des pays qui l’ont chassé du pouvoir, faisait face à une insurrection armée et financée entre autres par le CIA. Quant à l’opposition politique, le gouvernement canadien a largement contribué à son financement :

Le gouvernement canadien a été fortement impliqué sur tous les plans dans le coup d’État. Le Canada, l’Union européenne et les États-Unis avaient supprimé toute aide au gouvernement Fanmi Lavalas tout en finançant ses opposants. Pire, le Canada a participé à la planification et à l’exécution du renversement du gouvernement et au kidnapping d’Aristide. La nuit du coup, 125 troupes canadiennes étaient sur le terrain à Port-au-Prince, assurant la sécurité de l’aéroport à partir duquel les soldats étasuniens forceraient Aristide à prendre un avion pour l’exil. Le Canada a aidé à installer le nouveau régime non élu et lui a fourni des millions de dollars d’aide. L’aspect probablement le plus honteux est que les troupes canadiennes et les policiers envoyés en Haïti ont activement appuyé la répression. (Nikolas Barry-Shaw, Dru Oja Jay, Paved with Good Intentions, 2012, p. xi. Traduction libre.)

%d bloggers like this: